Philosophe de formation, Gilles Abel travaille depuis une vingtaine d’année dans le champ des spectacles jeunes publics où il allie théâtre et philosophie. L’un de ses projets nous a particulièrement interpellés : aborder la question du devoir dans les écoles par l’intermédiaire du théâtre invisible. L’idée était de ne plus attendre que les écoles viennent au théâtre mais d’aller sur le terrain et d’amener le théâtre dans les écoles. C’est avec le théâtre des Zygomars que le projet prend vie. En collaboration avec la metteuse en scène, Emilie Plazolles et la comédienne, Yannick Duret, Gilles Abel élabore un  scénario de théâtre par effraction. Dans celui-ci, Alex, une détenue en libération conditionnelle (Yannick Duret) et son assistant social (Gilles Abel), font irruption dans une classe de secondaire, une dizaine de minutes après le début du cours. Alex a accepté un travail d’intérêt général : faire des ateliers pochoirs, et son assistant est là pour la surveiller. Mais plus le temps passe, plus la conversation dévie vers des questions de philosophie amenées avec subtilité, pour terminer sur un véritable débat philosophique alimenté par les élèves. Ce spectacle par effraction permet d’aller chercher les jeunes, sans vouloir leur donner une morale ou leur prêcher la bonne parole, mais en les écoutant, en écoutant leurs intelligences, leurs réflexions sur le monde qui les entoure. 

Ce projet met en question l’importance de la médiation culturelle à l’école ainsi que ses particularités. Nous avons interrogé Gilles Abel sur le sujet lors de notre podcast, que nous vous invitons à écouter. 

Et si ce projet de théâtre invisible a éveillé votre curiosité, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil dans l’onglet “pour aller plus loin” où une vidéo réalisée par le JDR MAG vous est proposée. Vous aurez alors l’occasion, via cette vidéo, de suivre Gilles Abel et Yannick Duret dans leur aventure… 

Dans le podcast ci-dessous, Gilles Abel nous parle aujourd’hui, avec humour et philosophie, de son projet de théâtre invisible “La Question du devoir” et de la particularité de la médiation à l’école.